Sans titre (1).png
Rechercher

Faire la paix afin d’être

Dernière mise à jour : 10 août 2021

J’adore boire un petit café le soir. Je m’installe sur mon balcon pendant que ma fille profite des dernières heures que nous offre le soleil avec ses amis et la plupart du temps, j’écoute de la musique. C’est un moment de solitude très reposant où je laisse mon imagination vagabonder.


C’est souvent lors de ses moments que j’invente quelques histoires ou que je trouve l’élément manquant pour en compléter une lorsque je suis attaqué par le fameux syndrome de la page blanche.


En revanche, l’autre soir, c’est une tout autre histoire que j’ai créé qui n’avait rien à voir avec les fantômes et les créatures de la nuit qui hante nos placards et qui prennent vie, juste ici, dans mon esprit.


Cette histoire, elle est spéciale et totalement unique. Cette histoire, c’est la mienne.

Je dois t’avouer cher lecteur-voyageur que je ne sais toujours pas pourquoi j’ai eu ce discours interne avec mon « moi » enfant à ce moment précis mais c’est arrivé et j’en suis totalement reconnaissante.


Voici ce que j’ai dit à la petite fille que j’étais à une certaine époque.


Salut, comment vas-tu? Fait un bail qu’on ne sait pas parler toi et moi mais je dois t’avouer que ça me fait un bien fou de te voir sourire.


Tu sais ma belle, tu n’es pas obligée de faire des pieds et des mains pour qu’on t’aime. Tu n’es pas obligée non plus d’arrêter d’être qui tu es pour être acceptée par tes amis.

Fait moi plaisirs et arrête d’essayer d’être quelqu’un d’autre. Crois-moi, tu es parfaite telle que tu es.


Comprends aussi que ce n’est pas ta faute si certaines personnes autour de toi ne vont pas bien mentalement. Ce sont leurs combats, pas les tiens. Laisse aller car tes petites épaules n’ont pas besoin de cette surcharge émotionnelle.


Mais, en revanche, pardonne-leur. Tu n’auras pas à gaspiller d’énergie à l’âge adulte à panser toutes ses vieilles blessures qui tenteraient de s’accumuler avec les années.


Soit fier de cette imagination sombre mais tout de même délirante qui t’habite. C’est ok d’imaginer des fantômes et des créatures toutes plus loufoques les unes que les autres.


Cesse de cacher tes petits manuscrits sous ton matelas. De toute façon, ta mère et ta grand-mère sont fière de toi, peu importe ce que tu écris.


Alors toi aussi, soit fière parce qu’un jour, tu ne le sais peut-être pas encore, mais les gens liront tes histoires.


Oui, je sais, tu es sensible, voir… hypersensible! Mais saches que ça aussi, c’est ok!


Tu as le droit en tant qu’être humain de voir et percevoir les choses différemment. Ça ne fera jamais de toi quelqu’un de faible. Bien au contraire.


Tu sais, je te connais mieux que personne et laisse-moi te dire que c’est correct aussi de croire en la magie. L’univers est rempli de possibilités, tu n’as qu’à danser avec lui… Mais ça, tu le sais déjà. Je le vois dans tes beaux grands yeux bleus qui me dévisage.


Ne laisse simplement personne te dire le contraire d’accord. Ne laisse personne te faire douter de toi ni te faire oublier qui tu es.


Cependant, je ne suis pas trop inquiète. Au nombre de fois où tu as écouté le Roi Lion, tu devrais t’en souvenirs.


Tu sais ma p’tite, au file du temps, tu va rencontrer des personnes malsaines, jalouses, contrôlantes et mauvaises. Je te rassure tout de suite, tu vas aussi rencontrer des gens merveilleux. Souviens-toi juste d’une chose. Faire entrer une personne dans sa vie et en faire sortir une reste un choix et ce choix t’appartient totalement.


Tu vas aussi rencontrer une femme avec un message puissant et ces paroles vont te marquer pour le restant de tes jours.


Ce message est le suivant : Plus personne n’a le droit de t’empêcher de briller!


Elle se nomme Mélissa Normandin Roberge et tu sais quoi? Elle a raison! Personne n’a le droit de t’empêcher de briller ni de t’empêcher de t’épanouir en tant que femme.


Je m’excuse de t’avoir abandonné durant toutes ces années…


Je t’aime, ne l’oublie pas.


Cher lecteur-voyageur, je dois avouer que c’est un peu étrange de se parler ainsi et je ne croyais pas avoir de réponse mais voici ce qu’elle m’a répondu.



"Ma chère grande moi, tu m’as tellement manqué.


Ça fait longtemps que j’attends que tu reconnecte avec moi.


C’était difficile pour moi de te voir angoisser pour des gens ou des situations qui ne le méritaient pas jour après jour et nuit après nuit.


C’était difficile pour moi de te voir pleurer, de te voir t’enivrer et de te voir te détruire jour après jour en quête d’acceptation. En quête de je ne sais plus trop quoi.


Plus d’une fois tu as murmuré les mots « Qui suis-je? » alors que j’étais là, à l’intérieur de toi.

Je ne t’ai jamais abandonné, j’ai simplement accepté de me retirer dans l’ombre quand tu as voulu me cacher.


Tu sais, j’ai toujours pensé que la vie était faite de rêves à réaliser. Que la vie était simple et amusante.


Enfin, tu as compris et c’est pour cette raison que je souris.


Avec le temps, tu es devenu maman et je crois que c’est à ce moment-là que tu as commencé à te souvenirs de moi.


Très peu au début mais maintenant, nous pouvons enfin recommencer à marcher main dans la main afin de conquérir nos rêves.


Ceux que nous avions… Tu te souviens?


Ceux qui nous faisait nous endormir très tard la nuit et ceux pour qui on se levait tôt le matin.

Aujourd’hui, tu te relèves après un long combat mais saches que je t’aime et que je suis fière de toi. "


Aujourd’hui, j’ai fait la paix avec ce que j’étais et ce que je suis, afin d’être, tout simplement.


Cher lecteur-voyageur, je te rassure, je n’entends pas encore des voix dans ma tête.


Cependant, si l’envie te prend d’essayer, soit assuré que cette reconnexion avec ton « toi » enfant, sera une expérience hors du commun.


Je te souhaite une belle journée et je te souhaite de prendre conscience de l’humain merveilleux que tu es.


Sincèrement, de tout mon être.

Ton humble et dévoué commandant de bord.


15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout